Les forces spéciales françaises équipées par une PME tricolore

Les forces spéciales françaises équipées par une PME tricolore

 

La Compagnie industrielle des lasers (CILAS) entretient depuis de nombreuses années un lien privilégié avec les forces spéciales (FS) françaises. L’enjeu est de répondre au plus près et au plus vite à leurs exigences en matière d'engagements opérationnels. 

« Appréhender le cadre de leurs engagements, les environnements risqués et instables tout en analysant les éléments de retour d’expérience est capital. » explique Pascal Nebois à la direction des programmes militaires et de sécurité chez Cilas. Le but. Faire évoluer les équipements en service grâce à un dialogue permanent et une confiance totale entre les FS et l’industriel. 

Rupture technologique

Une des exigences souvent formulées par les FS réside « dans l’allègement des équipements sans dégrader les performances. » La PME a ainsi travaillé sur cet objectif, notamment dans le domaine de la désignation laser, et ce, en total auto financement. Un objectif atteint en exploitant une rupture technologique majeure que seuls quelques pays maitrisent : les lasers solides non refroidis. « Outre le gain en volume et en masse, la fiabilité est devenue bien meilleure. En effet, sans circuit de refroidissement, le risque de panne du désignateur est fortement réduit. » souligne-t-on au sein de la firme française.

Ce travail de développement en interne, qui a duré au total près de 8 ans, a donné lieu à la réalisation d’une nouvelle génération de désignateurs sol-sol : le DHY 307 LW (light weight). Destiné à être utilisé par une petite unité au sol, ce désignateur permet de guider avec précision un missile, une bombe ou un obus équipé d’un auto-directeur laser sur un objectif tactique ponctuel. Il assure les mêmes performances que son processeur, le DHY 307, et répond aux exigences du stanag, alors que son poids est divisé par 2. L’illuminateur laser passe donc de 8 à 4 kg et intègre une nouvelle capacité très intéressante : la fonction see-spot qui permet à l’utilisateur du désignateur de voir en permanence, le positionnement de la tache laser sur la cible.

Le DHY 307 LW termine actuellement le cycle d’une opération d’expérimentation réactive (OER) dans les forces sous la responsabilité de la Direction générale de l’armement (DGA). « A cette occasion, cet équipement a pu être mis en œuvre dans des configurations opérationnelles et en environnements contraignants de façon à s’assurer du maintien de toutes ses performances. » précise Pascal Nebois.

Les efforts de miniaturisation se poursuivent et seront orientés par les résultats de cette OER et par un dialogue avec les utilisateurs. Le commandement des opérations spéciales, n'a par ailleurs pas manqué de remercier et de souligner, lors de l'édition SOFINS 2013, le « travail régulier et fidèle » de la société. 

Protection & sauvegarde

Forte de son expertise dans le registre de la protection et de la sauvegarde, la PME poursuit ses travaux dans le domaine de la détection d’optiques. Les derniers, qui ont eux nécessité près de 5 années de développement, ont abouti à la réalisation d’un détecteur d’optiques portable. Un équipement, à usage défense et sécurité, qui permet aux opérationnels, de savoir, avant de s’engager dans une zone suspecte, s’il est observé. « En effet, dans son champ de vision direct, l’utilisateur voit apparaître le clignotement d’un point lumineux révélant la présence d’une optique. » Baptisé SLD Scout, cet outil réalisé avec la contribution de Airbus group trouve sa pertinence dans la protection des déplacements, la protection de zones sensibles, la protection d’autorités et d’évènements importants. Le SLD Scout achève lui aussi un cycle d’OER au sein du ministère de la Défense. 

A l'heure où la marque France se prépare à occuper le terrain, Cilas démontre tous les atouts dont regorgent nos PME tricolores qui ont aujourd'hui les compétences, l'expertise et l'excellence, non seulement requises, mais reconnues pour prendre leur place sur le marché international. « Les tests effectués par les forces spéciales françaises sur nos matériels sont, non seulement un gain opérationnel fort mais également un atout considérable à l'exportation » souligne la PME et de poursuivre « Les deux nouveaux équipements de Cilas intéressent déjà des forces internationales. Les démarches à l'export sont amorcées. »

© CILAS


PrécédentAccueilSuivantPartager